Vincent LEONIE... le petit carnet !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 2 septembre 2012

C'est pour quand ?

Question de rentrée... question importante d'une nouvelle année politique qui s'engage en ce mois de septembre 2012.

Tout d'abord une mise au point : je ne pose pas cette question à la nouvelle majorité socialiste et affidés... Je sais d'expérience qu'il n'y aura pas grand chose à en attendre et donc, le "quand" n'a aucun sens, tant qu'il n'y aura pas un "quoi" à même de redresser la France et satisfaire nos concitoyens.

L'état de notre pays, de son économie sont au plus mal. Oui, il y a la crise... certainement même. Mais, pour s'en sortir, encore faudrait-il qu'il y ait aux commandes, à défaut de compétences et de solutions valables, au moins une volonté de redressement et de ne plus faire des promesses intenables tellement saupoudrantes qu'elles en sont inutiles.

Mais revenons à mon propos premier : c'est pour quand ?

Oui, c'est pour quand le retour d'une véritable ambition et d'union nationale ? C'est pour quand que les françaises et les français se verront proposer des solutions qui ne seront pas clivées, mais qui prendront le meilleur "à droite" comme "à gauche" ? C'est pour quand, face à la majorité actuelle, que verra le jour une opposition qui serait constructive ?

S'opposer, ce n'est pas que critiquer : c'est aussi proposer, compléter, initier, écouter et rassembler.

Force est de constater que l'UMP ne peut tenir ce rôle, écartelée qu'elle est entre tentation brune et modérations de circonstances.
A mon sens, cette idée de "tout en un" a vécue et ne répondra jamais à toutes les attentes.
Pire, le "à droite toute" n'est pas la solution, comme ne l'est pas la critique systématique, voir de principe. La voie modérée, humaniste, qui devait quant à elle compléter, a toujours eu du mal à y exister, je parle d'expérience.
Les élections internes sont un bel exemple de tiraillement...
L'UMP doit, à mon sens reprendre sa place à droite et laisser le Centre/Centre-droit vivre par lui-même.

L'initiative nationale de Jean-Louis Borloo, Président du Parti Radical, avec le groupe parlementaire UDI (Union des Démocrates et Indépendants) va dans ce sens.
La volonté d'Hervé Morin hier aux Universités d'été du Nouveau Centre de soutenir une fédération des partis centristes est positive.
L'annonce à ces mêmes universités du président de la Gauche Moderne, Jean-Marie Bockel, d'être prêt à dissoudre son parti dans une future fédération centriste conforte cette idée.
Jean-Christophe Lagarde et sa Force européenne démocrates (FED) soutiennent cette idée depuis plusieurs semaines...
Quand au MoDem, ses membres y auraient toute leur place. En effet, bien que n'excluant pas un partenariat naturel avec la droite républicaine, l'indépendance de ce rassemblement en serait le fondement, indépendance qui est la colonne vertébrale de ce parti centriste.

L'année 2013 sera cruciale car préparatrice des futures échéances électorales.

Nationalement, il faut réagir ; localement, nous nous devons d'agir.

Le temps des tergiversations est passé depuis bien longtemps...Alors, c'est pour quand ?

dimanche 26 juin 2011

Décès de Jean-Jacques Bélézy

JJ-Belezy.jpgC'est avec émotion que j'ai appris la disparition de Jean-Jacques Bélézy vendredi 24 juin.
A 52 ans, et malgré tout le courage et l’opiniâtreté qu'on lui connaissait, il est décédé des suites d'une longue maladie.

Architecte connu et reconnu sur la place de Limoges, il était Président du Modem87 depuis sa création en 2007.
Conseiller municipal de Limoges depuis 1983, il avait aussi été Conseiller Régional du Limousin de 2004 à 2010.

Les obsèques de Jean-Jacques BELEZY auront lieu le mardi 28 juin 2011 à 10 heures en l’église Saint-Michel-les-Lions à Limoges.

vendredi 19 novembre 2010

Rien ne se perd, rien ne se crée...

... tout se transforme.

Cette phrase attribuée à Lavoisier, outre les cours de chimie de 2nde qu'elle ramène à ma mémoire, pourrait s'appliquer à la politique.

Par exemple, prenez le RPR, le Parti Radical, l'UDF et quelques autres... vous combinez le tout et vous obtenez 2 nouveaux éléments l'UMP et plus tard le Nouveau Centre (je ne parle pas du MoDem qui pourrait s'apparenter à un électron libre, sans masse réelle...) dans le fameux creuset de la Majorité Présidentielle.

Alchimie stable que l'on nous avait présenté comme la pierre philosophale politique, cette nouvelle recomposition devait permettre de gagner nombre d'élections, dans une stratégie d'union sans primaires, où chaque molécule contribuerait à égalité... Et ce fût le cas des élections de 2002, de 2007, 2009... Elections nationales ou Européennes. Moins efficace au niveau local, mais bon, on ne peut avoir la formule parfaite.

Durant cette période, la chimie fonctionne. Chaque molécule assure bien ses fonctions, est reconnue pour sa valeur. Certaines sont même bien utile quand il faut une once de sociale, d'écologie ou d'humanisme.

Arrive 2010, 2 ans avant que les français ne soient conviés à réattribuer les clefs du laboratoire. Des expériences difficiles ont secoué cette année... alors notre chimiste en chef décide de tester les éléments de cette formule. Cela va durer 6 mois. 6 mois de mise en concurrence, d'essais, de tergiversations... pour au final mettre en avant tel famille de molécules jugée plus fiable, plus stable, de confiance... en laissant les autres au placard, bien qu'elles n'aient pas démérité. Cette formule remaniée plairait plus aux français, a priori, une formule de combat, de choc...

D'une formule complexe, efficace car à spectre large, on passe à une seule molécule, certes pointue, mais avec un spectre plus mince. Si cette molécule était la molécule miracle comme la pénicilline en son temps, on le saurait. Et, comme la pénicilline, elle ne pourra soigner tous les maux, voir risque de créer des résistances... Et dans 2 ans, notre chimiste sera peut-être bien heureux de retrouver les éléments restés sur le bord de la paillasse.

Alors que vont faire ces éléments ? Rester neutres et inactifs, attendant qu'on les réutilise ? Rayonner dans le laboratoire en essayant d'infléchir le cours des expériences ? Ou bien se recombiner en s'émancipant du bon vouloir du chimiste précité ?

Comme je le disais en titre, et pour paraphraser notre bon Lavoisier : Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme.
Et si ce que ce qui a été une erreur de chimiste ne se transformait en une réaction imprévue ?
Et si une recomposition voyait le jour à trop avoir malmené une matière, certes malléable, mais qui a toujours été à la source des changements ?
Et si cette formule finissait par être plus efficace, voir à satisfaire mieux les exigences des français ?
Si j'étais ce chimiste, je garderais un œil vigilant sur le tube à essais...

mardi 2 octobre 2007

Municipales 2008 à Limoges : A quand une candidature UMP ?

5 octobre 2007 ! J - 156 avant le 1er tour des municipales 2008 ! 5 mois et des poussières...

Il est donc temps de se poser la question : Quelle est la différence entre Paris, Neuilly, Bordeaux et... Limoges ?

Vous ne trouvez pas ? Cherchez bien ! Un indice ? Si je vous dis : "candidat" ou "tête de liste" UMP, cela vous inspire-t-il ?

Lire la suite...

vendredi 28 septembre 2007

On recherche Démocratie et République à Limoges !

Avez vous déjà assisté à un conseil municipal ? Non ?

C’est bien dommage, car vous apprendriez, notamment, que cette représentation populaire à Limoges n’a de démocratique que le nom, de républicaine que l'apparence et que certains principes fondamentaux y sont régulièrement mis à mal !

Lire la suite...