Dans l'édition du Populaire du Centre, on pouvait lire dans les "indiscrétions" ceci :
"Dans la troisième, pas de candidat pour le moment.La candidature du maire de Couzeix, Jean-Marc Gabouty (Parti Radical), serait conditionnée à l'engagement formel de ce dernier à soutenir le candidat de l'UMP à la présidentielle, quand certains lui prêtent l'intention de soutenir plutôt François Bayrou."

Premier constat : Jean-Marc Gabouty n'a pas demandé d'investiture à l'UMP
Deuxième constat : Cette prise de position exprimée "en off" auprès d'un journaliste ne peut être que celle d'un irresponsable.
Troisième constat : si ce n'est un irresponsable, alors la démocratie a du souci à se faire...

Car, je n'ose croire qu'un cadre de l'UMP locale puisse exprimer ce genre d'absurdité sinon, que penser de l'esprit bien peu républicain et démocratique de ce type de chantage ?

On aurait là, clairement l'expression de la dérive d’hyper-présidentialisation de notre Vème République, défendu par des méthodes que je ne qualifierais pas.
La présidentielle n'étant plus dès lors une rencontre entre le peuple Français et un candidat, mais bien avec le héros d'un parti politique qui s'appuierait sur une majorité de députés inféodés.

Où serait la séparation entre exécutif et législatif ?
Certes, pour faire avancer le pays, il faut une majorité claire à cet exécutif.
Cependant, une majorité n'a pas à être bâillonnée.
Pour moi, il n'est pas inenvisageable de vouloir participer à une majorité et y apporter une richesse qui lui manquerait d'une part. Et, d'autre part, penser à titre personnel que le candidat (ou futur candidat) ne serait pas (ou plus) le meilleur pour incarner la France durant les 5 prochaines années.
Chacun doit pouvoir garder sa liberté de soutenir qui il souhaite s'il estime qu'il est, à ce moment là, le meilleur pour notre pays.

Arrêtons de mélanger Présidentielle et Législatives : la Démocratie mérite bien mieux que des tripatouillages, arrangements et pressions "biens intentionnées" !