Vincent LEONIE... le petit carnet !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 22 octobre 2012

L'UDI dans les médias les 21 et 22 octobre 2012

Hier soir au JT 19-20 de France 3 Limousin :


Ce matin sur France Bleu Limousin :

Jean-Louis Borloo se recentre. Il a créé son parti, hier : l'UDI, l'union des démocrates indépendants, devant 3000 personnes... Et les militants du parti radical, en Haute-Vienne. Ils ont regardé l'assemblée constituante, à la télévision.

Car l'UDI va aussi s'enraciner ici, en profitant de la division qui règne à droite, la démission du secrétaire départemental, la semaine dernière, par exemple...

L'ex UMP Vincent Léonie compte bien recruter parmi ses anciens amis. Il répond à ALexandre Blanc.

L'UDI pourrait bien recruter sur la gauche également avec cet appel du pied à la dissidente PS Monique Boulestin.

dimanche 2 septembre 2012

C'est pour quand ?

Question de rentrée... question importante d'une nouvelle année politique qui s'engage en ce mois de septembre 2012.

Tout d'abord une mise au point : je ne pose pas cette question à la nouvelle majorité socialiste et affidés... Je sais d'expérience qu'il n'y aura pas grand chose à en attendre et donc, le "quand" n'a aucun sens, tant qu'il n'y aura pas un "quoi" à même de redresser la France et satisfaire nos concitoyens.

L'état de notre pays, de son économie sont au plus mal. Oui, il y a la crise... certainement même. Mais, pour s'en sortir, encore faudrait-il qu'il y ait aux commandes, à défaut de compétences et de solutions valables, au moins une volonté de redressement et de ne plus faire des promesses intenables tellement saupoudrantes qu'elles en sont inutiles.

Mais revenons à mon propos premier : c'est pour quand ?

Oui, c'est pour quand le retour d'une véritable ambition et d'union nationale ? C'est pour quand que les françaises et les français se verront proposer des solutions qui ne seront pas clivées, mais qui prendront le meilleur "à droite" comme "à gauche" ? C'est pour quand, face à la majorité actuelle, que verra le jour une opposition qui serait constructive ?

S'opposer, ce n'est pas que critiquer : c'est aussi proposer, compléter, initier, écouter et rassembler.

Force est de constater que l'UMP ne peut tenir ce rôle, écartelée qu'elle est entre tentation brune et modérations de circonstances.
A mon sens, cette idée de "tout en un" a vécue et ne répondra jamais à toutes les attentes.
Pire, le "à droite toute" n'est pas la solution, comme ne l'est pas la critique systématique, voir de principe. La voie modérée, humaniste, qui devait quant à elle compléter, a toujours eu du mal à y exister, je parle d'expérience.
Les élections internes sont un bel exemple de tiraillement...
L'UMP doit, à mon sens reprendre sa place à droite et laisser le Centre/Centre-droit vivre par lui-même.

L'initiative nationale de Jean-Louis Borloo, Président du Parti Radical, avec le groupe parlementaire UDI (Union des Démocrates et Indépendants) va dans ce sens.
La volonté d'Hervé Morin hier aux Universités d'été du Nouveau Centre de soutenir une fédération des partis centristes est positive.
L'annonce à ces mêmes universités du président de la Gauche Moderne, Jean-Marie Bockel, d'être prêt à dissoudre son parti dans une future fédération centriste conforte cette idée.
Jean-Christophe Lagarde et sa Force européenne démocrates (FED) soutiennent cette idée depuis plusieurs semaines...
Quand au MoDem, ses membres y auraient toute leur place. En effet, bien que n'excluant pas un partenariat naturel avec la droite républicaine, l'indépendance de ce rassemblement en serait le fondement, indépendance qui est la colonne vertébrale de ce parti centriste.

L'année 2013 sera cruciale car préparatrice des futures échéances électorales.

Nationalement, il faut réagir ; localement, nous nous devons d'agir.

Le temps des tergiversations est passé depuis bien longtemps...Alors, c'est pour quand ?

jeudi 8 mars 2012

L'heure du choix...

logoPR.gifTrente-six heures. Trente-six heures, c'est ce qu'il reste aux différents candidats du centre et de la droite pour convaincre les radicaux.

Car même si certains cadres et élus de notre parti ont déjà annoncé tel ou tel choix, c'est bien samedi 10 mars 2012, lors de notre 112ème Congrès, que nous, radicaux, donneront (ou pas) notre soutien à un candidat à l'élection présidentielle.

Notre président, Jean-Louis Borloo, n'a eu de cesse ces dernières semaines de discuter avec les différents candidats du centre et de la droite pour défendre les points essentiels sur lesquels ne transigeront pas les radicaux, à savoir :

1) Achever le chantier de la rénovation urbaine, par un deuxième plan de rénovation, la mise en place d'un programme de lutte contre le décrochage scolaire et la lute contre le déterminisme social des quartiers fragiles ;
2) En finir avec l’injustice fiscale locale par une action forte de l'Etat afin d’organiser une péréquation puissante et efficace pour garantir l’équité entre tous les territoires ;
3) Assainir les secteurs bancaires et financiers, afin de restaurer la confiance des citoyens envers le système économique, notamment par l’interdiction des activités spéculatives pour le compte propre des banques, la séparation des activités de dépôt et des activités de spéculation et l’interdiction de toute transaction avec les paradis fiscaux et avec les pays considérés comme non coopératifs ;
4) Ériger l’accès au logement comme cause nationale par la mobilisation des organismes HLM pour doubler dans les zones déficitaires la création de logement et par la mise en place d'une garantie universelle du risque locatif. Cette deuxième mesure permettrait aux jeunes en CDD, en intérim ou en recherche d'emploi d’accéder au logement et de remettre sur le marché 500.000 logements dans les zones les plus tendues ;
5) Amplifier le Grenelle de l’Environnement, gage d’une croissance durable, par le lancement effectif du chantier thermique des bâtiments publics et la mise en place d’un plan d’autonomie énergétique de l’Outre-mer, fondé sur l’exploitation des énergies renouvelables (objectifs 50% d’autonomie d’ici 2020 puis 75% en 2030) ;
6) Le renouvellement du Pacte républicain comme base de la réconciliation nationale avec notamment la création d’un Haut conseil de la laïcité et la prévention du surendettement.

Certains trouvent que le compte y est aujourd'hui et d'autres non.
Ainsi, Laurent Hénart, notre Secrétaire Général, présente une motion de soutien à Nicolas Sarkozy d'ores et déjà validée pour être présentée au Congrès (consultable ici).
Une contre-motion de neutralité au 1er tour est quant à elle présentée par les fédérations de Haute-Garonne et de l'Ariège , sous réserve de validation (consultable ici).

Car, à ces points cruciaux, il conviendrait de rajouter que nous sommes toujours autant attachés aux valeurs de la République, à l’humanisme, à la laïcité, à la solidarité, au respect de l’autre et au refus de toute les discriminations.
C'est d'ailleurs pour cette raison que je préférais garder le silence ces dernières semaines... ne trouvant pas de candidat qui élève un tant soit le débat. Je ne doute pas d'ailleurs qu'avant de voter, mes collègues délégués de ce congrès ne manqueront pas d'évoquer et de se questionner sur les sorties malheureuses, la stigmatisation et la droitisation de certains discours. Car, force est de constater que cette campagne présidentielle n'est pas, aujourd'hui, du niveau que la France mérite.
J'espère que d'ici trente-six heures je verrai des avancées significatives de la part des candidats.

Samedi, avec les autres délégués j'en débattrai, me prononcerai et acterai la décision démocratique qui sortira du vote.
Samedi, c'est libre, indépendant, mais engagés que les radicaux se prononceront.

vendredi 7 octobre 2011

Réactions (...suite et fin)

Interviewé par Flash FM en début de semaine suite à la non-candidature de Jean-Louis Borloo pour la Présidentielle de 2012, je vous propose d'écouter (ou réécouter) mes commentaires :

lundi 3 octobre 2011

Jean-Louis Borloo ne sera pas candidat à la Présidentielle 2012.

L'homme était grave ce soir au journal de TF1 face à Claire Chazal... L'annonce qu'il allait faire était d'importance : candidat ou pas à la Présidentielle de 2012.

Depuis plusieurs semaines, plusieurs mois, nous étions nombreuses et nombreux à souhaiter cette candidature.
Comme beaucoup d'entre-vous, je souhaitais qu'une autre politique, un autre projet plus social, plus humaniste plus écologiste, en somme plus républicain nous soit proposé. Et qui mieux que Jean-Louis Borloo était à même de porter ce projet ?

Jean-Louis Borloo a pesé le pour et le contre : si toutes les conditions d'une candidature étaient réunies ; si l'unité des Centres était suffisante ; si être présent à ces élections ne risquaient pas d'apporter plus de cacophonie dans cette période particulièrement troublée...

Même si je regrette sa décision de ne pas se présenter, je ne peux que reconnaitre à Jean-Louis Borloo la grandeur d'un Homme d'Etat : être responsable et faire passer l'intérêt de la France avant son ego ; la volonté que sa candidature ne soit pas qu'une candidature de témoignage ; le doute quant à être présent au second tour et à défaut de gagner, faire le jeu des populismes...

La solution de facilité aurait été pour lui d'être candidat, contre vents et marées. Il a fait le choix de la voie plus difficile et plus longue de l'union, du rassemblement et de la construction sur le long terme d'une nouvelle force politique apte à répondre aux attentes et besoins de nos concitoyens.

avec_borloo.JPG Comme lui (et je le cite) : "Je reste néanmoins convaincu que la France a besoin d’une grande formation humaniste, profondément européenne, assumant pleinement la diversité de notre pays. ... L’élection présidentielle n’est pas un concours d’ego ou de notoriété. Encore moins, le prologue de négociations à venir. ... Il aurait été bien plus facile de profiter des difficultés de la majorité, et notamment de la défaite au Sénat, pour exister et me démarquer. ... Je vais continuer à me battre pour mes valeurs républicaines, écologistes et sociales. Je vais continuer à me battre pour que l’on cesse d’opposer les Français les uns aux autres. Et je vais continuer à me battre pour accélérer la recomposition du paysage politique français. Je suis, plus que jamais, un homme libre et déterminé à servir les Françaises et les Français."

Au-delà de cette présidentielle, il y aura, en juin 2012 et après, de nombreuses et nombreux candidats qui porteront les couleurs radicales et de l’Alliance centriste. Aux côtés de Jean-Louis Borloo, je compte bien être de ceux-là.

mardi 24 mai 2011

Borloo personalité politique préférée des français ?

borloo.jpgC'est en tout cas ce qui ressort du dernier sondage IPSOS-Paris Match (à lire ici)

Une dizaine de jours après le début de ce qui restera "l'affaire DSK" et sa mise hors compétition (pour l'instant tout du moins) du favori du PS, les derniers sondages placent le Président du Parti Radical Jean-Louis Borloo en première place avec 68 % d'opinions favorables, devant François Hollande à 63 % et Bertrand Delanoë à 61 %.
Beaucoup plus loin Nicolas Sarkozy n'est crédité que de 34 % d'opinions favorables... mais, sa popularité est de nouveau à la hausse avec + 1 point comparativement aux derniers classement.

Cependant, et toujours avec ces derniers chiffres, il apparait que les français souhaiteraient une victoire de la gauche à 57 % face à la droite à 38 %.

Au vu de l'excellente popularité de Jean-Louis Borloo, peut-être serait-il intéressant de demander aux français s'ils ne souhaitent pas une victoire... d'une Alliance des centres ?

dimanche 15 mai 2011

La sortie de l'UMP plébiscitée

avec_borloo.JPGAu terme de cette première journée du 111ème Congrès du Parti Radical, force est de constater que l'information principale qui en sera ressortie est le plébiscite du vote en faveur de l'émancipation vis à vis de l'UMP.

Après plusieurs années de travail commun au service de la France et des français, force est de constater que le divorce (certes en douceur) était devenu une évidence pour la très grande majorité des militants et adhérents du Parti de Jean-Louis Borloo.

93 % : ce n'est pas rien ; c'est une prise de position claire, bien loin d'un caractère tiède que l'on veut souvent donner aux Radicaux.

Au matin de cette deuxième journée de Congrès, qui sera encore très riche, je note déjà les premières aigreurs (la fréquentation de mon profil facebook en témoigne) qu'à défaut de comprendre je peux entendre...

Personnellement, comme Jean-Louis Borloo mon Président et j'espère candidat aux présidentielles, n'attendez pas de moi de reniements ou de propos acerbes vis à vis de mon engagement passé. Je revendique la cohérence de mon chemin ; mais en homme exigeant j'attends aussi le respect de mon choix.

J'assume mon engagement au sein de l'UMP, les campagnes menées, les amitiés liées, les échanges quand ils furent possibles et les avancées auxquelles j'ai pu apporter ma contribution.

Mais aujourd'hui, j'ai choisi une autre voie : celle du rassemblement des centres, de plus de cohésion sociale, d'un meilleur équilibre des pouvoirs et des tendances au profit des français, de l'écologie responsable et de l'Humanisme, de la République et de ses valeurs de Liberté, Egalité, Fraternité et Laïcité.

Il reste bien des choses à bâtir pour renouer avec la confiance, la prospérité, l'équité et l'espérance... et je compte être de ceux qui y apporteront leur pierre.

Je suis un homme qui sera resté droit et fidèle à ses engagements et aux gens qui quitte son ancien parti. Mais c'est en homme libre, résolument engagé et déterminé à faire entendre une autre voix qui, ce matin se lève... Manifestement Radical.


Continuez à suivre cette deuxième journée sur mon profil facebook ou sur mon compte twitter

samedi 14 mai 2011

Congrès du Parti Radical ce week-end.

dos tee-shirt Ce week-end se tiendra à Paris le 111ème Congrès du Parti Radical.

Partiront de l'UMP ? Partiront pas de l'UMP ? La question qui brûle les lèvres jusque sur les marches du Palais de l'Elysée trouvera certainement réponse au cours de ces deux journées.

Nommé délégué représentant la Haute-Vienne avec d'autres de mes amis, autours de Jean-Marc Gabouty, je vais participer à ces débats, à ces choix qui s'annoncent d'ores et déjà, sinon historiques, tout du moins cruciaux pour les présidentielles 2012 et surtout pour les électeurs qui ne se retrouvent plus dans une politique gouvernementale, ni dans un projet socialiste.

Je vous invite à suivre tout le week-end le congrès à travers mon compte Twitter ou via mon mur Facebook... où j'espère y retrouver vos commentaires.

Bon week-end manifestement Radical.

jeudi 21 avril 2011

Fin du Spring Break !

Les élections cantonales sont derrière nous... presque un mois déjà, mois qui aura été pour moi une sorte de "Spring Break" politique.
Entre la rencontre avec la population, l'élaboration du programme, les réunions publiques et de groupe, ces cantonales m'auront accaparées durant plus de quatre mois, dont un plus qu'intense. Mais quel plaisir cela aura été !

Je profite d'ailleurs de ce billet pour enfin remercier l'ensemble des électrices et des électeurs qui m'ont accordé leur confiance au cours de ce scrutin. Le communiqué que j'avais transmis à la presse locale la semaine ayant suivi les élections s'étant, une fois de plus, perdu en chemin...

Une courte analyse fait que je suis plutôt satisfait de mon score : une candidate du Parti Socialiste obligée à un second tour ; augmentation de +/- 28% à +/- 35% entre les deux tours ; une progression d'une centaine de voix avec une abstention supérieure et sans réserve... si l'on rajoute à cela que les électeurs me rencontraient pour la première fois sur ce canton et que la plupart des candidats de la majorité présidentielle ont eu du mal à franchir le 1er tour, je ne peux qu'être content.
Mais, je suis surtout heureux des suites de ces élections. En effet, un nombre important d'habitants du canton m'ont témoigné leur satisfaction que je les ai représenté, mais aussi et surtout, m'ont fait savoir leur souhait que je m'inscrive dans la durée sur ce territoire.
Qu'ils soient rassurés : j'ai bien l'intention de les accompagner et de continuer à faire entendre et amplifier leurs voix.
De même, qu'ils soient assurés de ma vigilance, de ma présence et de ma disponibilité pour les prochaines années, afin que le canton de Limoges - Puy Las Rodas ne soit pas l'oublié de ce département.

Pour finir ce tour des cantonales, je tenais aussi à féliciter deux amis : Jean-Marc Gabouty pour sa ré-élection dès le 1er tour sur le canton de Limoges-Couzeix (avec plus de 54% des voix), ce qui ne s'était jamais vu dans notre département ; ainsi que mon ami Raymond Archer pour sa belle victoire à l'arrachée, sur le canton de Limoges-Émailleurs.
Ces deux victoires sont pour moi des exemples en politique : l'ancrage local, l'ouverture, les convictions et le travail paieront toujours, même si l'on a tout (ou presque) contre soi.

Ce 21 avril (date symbolique...) est aussi l'occasion pour le Parti Radical de la Haute-Vienne de discuter de son avenir.
En effet, ce soir, l'assemblée générale de notre fédération désignera ses délégués pour le congrès national des 14 et 15 mai 2011, congrès qui décidera de l'avenir du Parti Radical au sein (ou pas) de l'UMP.
Ça ne vous aura certainement pas échappé, mais un certain Jean-Louis Borloo a annoncé il y a quelques semaines qu'il voulait ouvrir une nouvelle voie aux français. Une voie républicaine, écologiste et sociale. Une voie rassemblant les sensibilités centristes et humanistes, bien différente des propositions de droite et de gauche que l'on entend depuis maintenant très (trop) longtemps. Une voie de réconciliation et d'espoir pour l'ensemble des français.
Et, je ne peux qu'être en accord avec cette proposition...
D'ailleurs, j'espère (et je souhaite) que les membres de ma fédération me permettront de les représenter pour ce moment qui s'annonce d'ores et déjà historique. Mais nous aurons l'occasion d'en reparler dans les prochains jours.

jeudi 9 septembre 2010

La rentrée...

Pour ceux qui ne l'auraient pas remarqué, la rentrée est là. Quelques signes sont présents pour nous le rappeler :

1 ) Les différents partis politiques ont fait leurs universités d'été, ateliers et autres campus, avec la même volonté d'être en ordre de marche pour les prochains scrutins électoraux... cantonales de 2011 obligent.
Entre Europe Ecologie et les déclarations d'amour vers Eva Joly, la "pax socialicum" enfin retrouvée à La Rochelle, un MoDem... quel MoDem d'ailleurs ?... ces rendez-vous de fin d'été auront été bien mornes.

Sauf peut-être au Parti Radical (vous allez dire que je suis partisan) où le week-end dernier on a pu voir un rassemblement très large de la famille centriste et de la droite modérée comme on en n'avais plus vu depuis... l'avènement de l'UMP et la disparition de l'UDF.

Il faut dire que Jean-Louis Borloo est un homme qui fédère, qui écoute, partage et propose... c'est peut-être ça la solution d'ailleurs pour que les français croient à nouveau en leurs politiques. pas juste que de l'annonce "trash", mais des propositions pragmatiques et réalisables. A méditer...

2 ) Les affaires sont de retours. Même si, cette année, il n'y a pas vraiment eu de trêve estivale.
Perquisitions à la recherches de lettres perdues ; déstabilisations en tout genre ; surtout pas de démissions...

Le summum est quand même atteint en interne, avec la décision par l'UMP de payer la facture histoire que nos grands anciens n'assument pas les turpitudes dont on les accuse (je crois que je vais avoir des problèmes...).

Soyons clair : s'il y a eu des affaires d'emplois fictifs, est-ce aux militants actuels d'en payer la facture ? Et je ne vous parle même pas d'enrichissement personnel...

Avec de telles décisions prisent en haut-lieu, par solidarité (sic), qu'elle est la crédibilité qu'il nous reste, à nous, militants et élus de terrain ? Comment redonner la confiance en la politique jour après jour ?
Il serait peut-être temps de penser que la politique ce n'est pas que du national dans les sphères parisiano-parisiennes...

3 ) Les dossiers de rentrée... sont dans la rue.
Il fallait s'y attendre, car loin de ne pas vouloir de réforme du système de retraite, bon nombre de nos concitoyens veulent avant tout comprendre, et accessoirement essayer de préserver certains avantages acquis.

Nos amis de gauche en profitent pour dire qu'ils feraient autrement (mais sans nous donner la solution miracle, bizarre...), les syndicats font une démonstration de force (réussie...), mais au final, quels avancées, quels changements ? Cette réforme, il la faut, elle est nécessaire, et elle ne se fera pas sans douleur.
Partout en Europe l'âge légal est supérieur à 62 ans... comment nous, français, serions les derniers à penser qu'avec l'allongement de la durée et de la qualité de la vie, avec une économie moins compétitive, nous pouvons continuer à travailler moins, gagner plus et avoir plus de droits que la moyenne ?
Il y a la logique individuelle, le jusqu'auboutisme corporatiste et la réalité de terrain qui s'opposent sur ce sujet : gageons que de véritables négociations prennent tournure afin de sauver, au profit de tous, notre système par répartition.

Universités d'été, grèves et dossiers... finalement, tous les ans c'est un peu la même rentrée :-)

- page 1 de 2