Le beau soleil sur Limoges ce matin m'a donné l'envie d'un petit café en terrasse, accompagné bien évidement de la lecture du Populaire du Centre.

Quelle n'a pas été ma surprise de pouvoir lire un article sur le canton de Limoges - Puy Las Rodas et surtout, ma bio et ma profession de foi, sans jamais avoir été contacté par le journaliste qui a rédigé l'article !

A la rigueur, que ma "bio" soit récupérable sur le web, c'est compréhensible. Mais encore faut-il vérifier les informations ! En effet, et même si cela relève de ma vie privée, je suis divorcé depuis plus de un an !

Et que dire pour ma profession de foi. On peut lire, je cite : " Profession de foi : De sensibilité Radicale, il dit s’intéresser particulièrement aux questions d’éducation, d’emploi, d’intégration et de développement durable. face à ce qu'il considère comme "l’abandon par la majorité socialiste" du canton de Puy las Rodas il a décidé de se rendre disponible auprès des habitants du canton, afin qu’ils soient enfin réellement écoutés et défendus."

C'est, à un ou deux mots exceptés, le déconcertant copier-coller de ma fiche de présentation sur le site www.ambition-hautevienne.fr et certainement pas ma profession de foi. Quid de mes propositions ? Pas une ligne. Normal, puisque je n'ai pas été questionné sur ce point, ni sur le reste d'ailleurs !

En revanche, mes concurrents, eux, ont eu droit a priori à des questions, puisque leurs propos repris sont nul part en ligne sur l'internet, et que l'on apprend les points spécifiques qu'ils comptent aborder pour ces élections.

j'ai d'ailleurs avec plaisir, noté que mon idée de "Maison des jeunes et des associations" sur le canton ait été reprise par le NPA ; que ma concurrente socialiste parle de concertation avec les habitants alors que ce n'est jamais le cas et que j'en fait une priorité dans mon programme ; et qu'enfin on se souci des commerces de proximité, ce que je dénonce depuis plusieurs années !

Si l'on m'avait questionné, j'aurai parlé : de mon projet d'éco-quartier ; de ma proposition de création d'un marché hebdomadaire sur le canton ; de la création de structures pour nos ainés et pour la petite enfance ; de la défense de l'accessibilité des rues et des transports en commun à Puy las Rodas, notamment pour nos concitoyens en situation de handicap !

Alors, deux poids, deux mesures ? Interview à gauche et copier-coller à droite. Plus que le sentiment d'avoir été mis de côté, c'est le peu d'égard pour la nécessaire,juste et équitable information des électeurs du canton qui me blesse !

Il est inadmissible de ne pas avoir été contacté. Il est inacceptable de me faire dire, même si c'est en ligne sur la toile, des propos qui se limitent à ma présentation, en faisant croire ainsi que mon programme se résume à des généralités. C'est encore moins tolérable quand on sait que je ne suis pas un "inconnu" sur la place de Limoges et que l'on sait comment me contacter !

Ayant pris le temps de contacter le rédacteur en chef du journal, ce dernier m'a assuré de vérifier ce qu'il en est, et le cas échéant, d'apporter rectification dans les colonnes du "Populaire". Je crois qu'il en va de la déontologie journalistique et de la défense des valeurs démocratiques et d'équité républicaine qu'un complément soit apporté. Je n'ose douter que réparation ne sera pas faite !

Je ne manquerai pas de vous tenir informé des démarches effectuées par notre quotidien local pour réparer ce manquement !


modification de 14H00

L'article à lire en ligne sur le site du Populaire du Centre ici

Première rectification sur le site du Populaire où ma situation matrimoniale a été modifiée, suite à un échange téléphonique.

modification de 17H30

Après entretien avec Marcel Oudot, journaliste, il apparait qu'il ne lui avait pas été possible de me contacter afin que je puisse présenter mes arguments et projets pour le canton de Puy Las Rodas.
Ceci expliqué, c'est pour cette raison que les éléments dans l'article de ce matin ont été repris sur le site www.ambition-hautevienne.fr sans forcément se rendre compte que ce n'était pas une profession de foi, mais bien ma biographie.
De même l'erreur, bien involontaire, concernant ma situation matrimoniale vient du fait d'un défaut de vérification, ce qui peut se comprendre en période de "surbooking" électoral.
Du fait de ses erreurs malheureuses, et après m'avoir exprimé ses regrets pour une telle situation, il a été convenu qu'au cours de cette campagne un "rattrapage" serait certainement opéré dans les colonnes du Populaire.
Je ne doute pas de la sincérité et de l'engagement de Marcel Oudot et je reste à sa disposition pour un entretien en vue de ce rattrapage d'ici le 20 mars.