Hier matin, je vous parlais du paradoxe de notre PS local : d'un côté soutenant la grève des cheminots par la voie de son secrétaire fédéral (lors d'une annonce soutenant les mouvement sociaux le 21 mars dernier) et qui, de l'autre côté par la voie du Président de région, qui réfléchirait à l'idée de prendre des mesures financières contre la SNCF pour non-respect de ses obligations de transport.

Et bien, force est de constater que ce n'est ni un paradoxe, ni de la schizophrénie... c'est de la bonne grosse stratégie politicienne !

En effet, comme pour confirmer les propos de Laurent Lafaye, hier au Conseil Régional a été voté une motion (avec les voix du PS...) soutenant le mouvement des cheminots.
Or, comme ce genre de motion n'est pas forcément relayé dans la presse, et bien l'électeur lambda ne le saura pas, alors que les syndicats cheminots eux le seront par le biais de leurs amis présents dans l'hémicycle régional.

Je résume la tactique : j'annonce dans les médias que la SNCF, c'est pas bien, ils font pas ce qu'il faut pour que les trains roulent, et je fais passer le message en douce amis cheminots, je vous soutien, continuez la lutte...
Et après, le Président de région vous dira qu'il ne veut pas s'immiscer dans le conflit en question.
Et bien c'est vrai : il ne s'immisce pas, il joue sur les deux tableaux pour satisfaire 2 électorats !

En revanche, j'aimerais bien voir dans la presse, une explication de ce double discours, histoire de voir comment ils expliqueront ce tour de passe-passe ! Malheureusement, je ne crois pas que ça arrivera, à moins que la presse ait décidé de me faire mentir (ce que j'aspire de mes vœux...).

Convenons-en : ils sont bien malins nos socialistes locaux...