Un jour, il faudra que l'on m'explique comment il est possible de tenir 2 discours contradictoires sans une bonne dose de mauvaise foi...

Ce matin buvant mon café, radio allumée sur une radio locale, j'ai failli m'étouffer (désolé pour ceux que ça aurait arrangé...) en entendant le journaliste.

En effet, Jean-Paul Denanot (le Président du Conseil Régional pour ceux qui l'ignore, ce que je peux comprendre) annoncerait qu'il serait disposé à demander des sanctions financières à la SNCF.
Pourquoi me direz-vous ? Tout simplement car la SNCF n'honorerait pas son contrat de transport vis à vis de la région Limousin, dans le cadre des grèves actuelles !

Jusque-là, rien à dire, voir même l'attribution d'un bon point pour s'être soucié, pour une fois, des deniers publics.
Sauf que, sauf que... une gorgée de café plus tard, je crois me souvenir que Jean-Paul Denanot est un membre du PS, non ?
Or, au soir du second tour des régionales, je crois me souvenir que le 1er secrétaire du PS de la Haute-Vienne, Laurent Lafaye, avait annoncé sur les ondes de France Bleu (où nous étions tous les deux invités) a dit que le PS serait dès mardi (23 mars) de tous les mouvements sociaux afin de soutenir les travailleurs (et accessoirement, de ramasser des électeurs) et notamment des cheminots.

Alors, comme je le disais plus haut, il faut m'expliquer : comment peut-on exiger le remboursement d'une prestation effectué partiellement, alors que la cause en est une action que l'on est censé soutenir ?
C'est un peu comme faire un procès à un concessionnaire automobile au prétexte que la voiture que l'on a acheté n'avance pas parce que l'on a décidé de rouler le frein-à-main serré au maximum...

A ce niveau, la mauvaise foi n'est pas qu'une posture, c'est de l'art !!!