Vincent LEONIE... le petit carnet !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 25 décembre 2011

Joyeux Noël...

sapin La joie d'ouvrir des cadeaux et d'avoir passé un bon moment à réveillonner hier soir doit nous faire prendre conscience de la chance que nous avons dans notre pays de pouvoir, encore pour beaucoup, profiter de ces moments malgré les mauvais présages économiques qui obscurcissent l'horizon.

En ce matin de Noël, pensons à avoir un geste pour celles et ceux qui sont dans le besoin ; n'oublions pas nos compatriotes, nos amis, nos proches qui sont dans la souffrance, dans la douleur ou dans la détresse.

A toutes et tous, mais aussi à toutes celles et tous ceux qui vous sont chers, je vous souhaite un très joyeux Noël.

lundi 19 décembre 2011

''Dialogue'' et ''Concertation'' seraient-ils des gros mots ?

Telle était la réflexion que me faisait un de nos concitoyens ce samedi sur le marché de Noël, place de la Motte.

Mais, aussi bizarre que cela puisse sembler, il ne me parlait pas de l'action gouvernementale. Il est vrai qu'elle manque parfois de dialogue et de concertation, à force de vouloir réagir sur tout et pour tout. Mais là n'est pas le débat.

Non, cette réflexion faisait suite à la pétition de commerçants qui voulaient ouvrir le week-end du 11 décembre et sur le fameux (ou fumeux) sens unique de la rue François Chénieux.

J'entends déjà les cris d'orfraie que mes amis de gauche et verts vont pousser, à grand renfort de pseudo-conscience ouvrière et d'anti-voiture primaire. Oui, mais voila : la question n'est pas là.

La question n'est pas de savoir si oui ou non il faut autoriser le travail dominical, même de façon exceptionnelle. La question serait de se demander si nos commerçants doivent être soutenus quand ils ont la volonté de dynamiser leur offre et rester dans la course face à d'autres villes qui autorisent à ouvrir deux dimanches en décembre.

De même, l'autre question n'est pas de savoir si oui ou non il faut un sens unique dans telle ou telle rue. La question serait plutôt de savoir comment réconcilier nos concitoyens avec le centre-ville tout en le fluidifiant pour les véhicules individuels et en s'engageant pour rendre attractif les transports plus propres. Une réflexion globale en somme et non par petites touches qui ne font que déplacer les problématiques.

Oui, mais voila : à Limoges dialogue et concertation sont devenus des gros mots.
Décision sans discussion possible de ne pas autoriser l'ouverture le 11 décembre pour les commerçants. Juste une réponse bien évasive à une pétition.
Remise à une date ultérieure pour l'essai de sens unique, après que des commerçants aient manifesté leur désaccord... alors qu'une concertation et une réflexion auraient été bien plus efficaces.

La démocratie participative, ce n'est pas rendre-compte d'une décision prise sous couvert d'un mandat électoral qui rendrait tout puissant en pensant que l'on fait le bonheur des gens parce qu'on le décide.

Peut-être serait-il temps que nos élus apprennent que la démocratie commence par l'écoute de nos concitoyens...

mardi 6 décembre 2011

On y retourne...

Oui on y retourne, il est temps...

Comme la politique n'est pas tout dans la vie, il est des moments d'absence de l'arène qui durent plus ou moins longtemps.
Personnellement, cela aura durée un petit trimestre.

Entre mon nouveau logement sur Limoges - Puy Las Rodas et ses inévitables travaux ; un nouveau poste avec de nouvelles responsabilités à l’Université de Limoges ; une nécessaire pause après la non-candidature de Jean-Louis Borloo à la présidentielle... il est temps pour moi de reprendre le clavier.

Certes, je n'étais absent que dans le monde virtuel, car présent au quotidien sur le terrain et auprès des citoyens, électeurs et militants. Mais, ça commençait à me manquer un peu ce blog.

L'actualité a été riche ces derniers jours. Sur le plan local s'entend : je laisse le national volontairement de côté car, entre la crise économique et la présidentielle qui se prépare on en oublierait presque que l'important reste le quotidien vécu par chacune et chacun (logement, emploi, éducation, développement de notre ville et de notre département). Les grandes imprécations sur le devenir de l'Europe et les promesses de campagnes ne sont pas tout, l'essentiel est dans l'action !

Donc, pour le local, j'ai noté avec plaisir le projet présenté par Camille Geutier l'opposition municipale UMP Nouveau-Centre de Limogesconcernant la restructuration de la caserne Marceau (article à venir pour vous présenter ce projet). j'ai aussi noté le déménagement de la fédération UMP pour un nouveau local (en espérant qu'ils y connaitront moins de désagréments que dans l'ancien avec la foultitude de dégradations anti-démocratiques subies).

Et puis, il y a aussi et surtout l'avis de tempête dans le Landerneau PS local : l'élection à la candidature par leur militants de Catherine Beaubatie face à Monique Boulestin. Je ne m'étendrai pas sur la cuisine interne au PS : entre changements de soutien des caciques et petits coups bas, je compatis bien volontiers à la déception de la perdante, ayant moi-même un petit vécu de ce type. Ha, les joies de la vie des partis politiques...

Je ne vous apprendrai rien quant au choix qui sera le mien, en tout cas, sur cette 3ème circonscription de la Haute-Vienne. Jean-Marc Gabouty, candidat du Parti Radical a d'ores et déjà tout mon soutien...

En tout cas, cela nous promet certainement des rebondissements, dont nous aurons l'occasion de parler très prochainement.

jeudi 3 novembre 2011

Synapses et Oeufs brouillés du 3 novembre 2011.

beaub fm Très bon entretien avec Jérémy Le Bescont sur les ondes de Beaub FM 89 ce matin.

Vous pouvez retrouver ces 30 minutes d'émission sur le site de Beaub FM ici

mercredi 2 novembre 2011

Sur Beaub FM le 3 novembre 2011

beaub fmJeudi 3 novembre 2011 à 08H45, je serai l'invité de Jérémy Le Bescont dans son émission "Synapse & Oeufs Brouillés"

Vous pourrez me suivre en direct sur les ondes de Beaub FM, la radio associative et Férarock de Limoges sur le 89,00 MHz ou via son site ici (lecteur spip ici )

vendredi 7 octobre 2011

Réactions (...suite et fin)

Interviewé par Flash FM en début de semaine suite à la non-candidature de Jean-Louis Borloo pour la Présidentielle de 2012, je vous propose d'écouter (ou réécouter) mes commentaires :

mardi 4 octobre 2011

Réactions (suite...)

Ce matin vous pourrez lire dans le Populaire du Centre la réaction de Jean-Marc Gabouty, Président de la fédération du Parti Radical de la Haute-Vienne ainsi que celle de Marie-Pierre Berry directrice générale adjointe du Nouveau Centre et déléguée départementale, à lire ici.

De même, retrouvez ma réaction dans les journaux de Flash FM (89.9 MHz ou sur leur site ici) aux éditions de 12H30, 13H30, 16H30, 17H30, 18H30.

lundi 3 octobre 2011

Jean-Louis Borloo ne sera pas candidat à la Présidentielle 2012.

L'homme était grave ce soir au journal de TF1 face à Claire Chazal... L'annonce qu'il allait faire était d'importance : candidat ou pas à la Présidentielle de 2012.

Depuis plusieurs semaines, plusieurs mois, nous étions nombreuses et nombreux à souhaiter cette candidature.
Comme beaucoup d'entre-vous, je souhaitais qu'une autre politique, un autre projet plus social, plus humaniste plus écologiste, en somme plus républicain nous soit proposé. Et qui mieux que Jean-Louis Borloo était à même de porter ce projet ?

Jean-Louis Borloo a pesé le pour et le contre : si toutes les conditions d'une candidature étaient réunies ; si l'unité des Centres était suffisante ; si être présent à ces élections ne risquaient pas d'apporter plus de cacophonie dans cette période particulièrement troublée...

Même si je regrette sa décision de ne pas se présenter, je ne peux que reconnaitre à Jean-Louis Borloo la grandeur d'un Homme d'Etat : être responsable et faire passer l'intérêt de la France avant son ego ; la volonté que sa candidature ne soit pas qu'une candidature de témoignage ; le doute quant à être présent au second tour et à défaut de gagner, faire le jeu des populismes...

La solution de facilité aurait été pour lui d'être candidat, contre vents et marées. Il a fait le choix de la voie plus difficile et plus longue de l'union, du rassemblement et de la construction sur le long terme d'une nouvelle force politique apte à répondre aux attentes et besoins de nos concitoyens.

avec_borloo.JPG Comme lui (et je le cite) : "Je reste néanmoins convaincu que la France a besoin d’une grande formation humaniste, profondément européenne, assumant pleinement la diversité de notre pays. ... L’élection présidentielle n’est pas un concours d’ego ou de notoriété. Encore moins, le prologue de négociations à venir. ... Il aurait été bien plus facile de profiter des difficultés de la majorité, et notamment de la défaite au Sénat, pour exister et me démarquer. ... Je vais continuer à me battre pour mes valeurs républicaines, écologistes et sociales. Je vais continuer à me battre pour que l’on cesse d’opposer les Français les uns aux autres. Et je vais continuer à me battre pour accélérer la recomposition du paysage politique français. Je suis, plus que jamais, un homme libre et déterminé à servir les Françaises et les Français."

Au-delà de cette présidentielle, il y aura, en juin 2012 et après, de nombreuses et nombreux candidats qui porteront les couleurs radicales et de l’Alliance centriste. Aux côtés de Jean-Louis Borloo, je compte bien être de ceux-là.

dimanche 25 septembre 2011

Sénatoriales 2011 - Résultats en direct dès 17H00 sur Public Sénat


Public Senat - Direct par publicsenat

jeudi 4 août 2011

C'est l'été : Changeons la déco !

"Vous pensez quoi de ce qui se dit dans les médias (et accessoirement la blogosphère) sur la venue d'une ministre ?" ;
"Vous n'êtes pas concerné par cette agitation ?"...

Voila, en résumé ce que je m'entends dire depuis deux jours.

Et bien, pour tout dire, je n'en pense rien, limite je m'en f... comme de ma première chemise (quoique ma première chemise...).
Tant d'énergie dépensée dans un sens ou dans l'autre ne m'inspire pas.
(Comme moi d'ailleurs) Je pense que nos concitoyens sont à mille lieues de savoir qui d'une association ou d'une fédération représente le mieux leurs idées, les acteurs de l'une ou de l'autre étant alternativement les mêmes suivant qu'ils sont, ou pas, en odeur de sainteté.

Le but est le même ; le fond et les idées sont (presque) les mêmes ; les légitimités sont les mêmes... et peut-être même les aigreurs, les désillusions et les regrets. Alors, pourquoi s'échiner dans une bataille d'égos qui sera, à n'en pas douter, stérile au final, et n'intéresse que le microcosme interne à cette famille politique.
Les uns et les autres auraient-ils oublié qu'ainsi ils font le jeu de leurs principaux adversaires ?
Plutôt que de jouer à "qui est chef de quoi" et à "qui se montre où ?", ne voudraient-il pas faire une partie de "l'union fait la force" ou encore "un projet pour avancer et gagner" ?
Plus les jours passent et plus je me conforte dans l'idée que mes priorités sont différentes et que la méthode que je souhaite mettre en pratique aussi.

Vous voyez, je suis en train de m'installer sur le canton de Limoges-Puy Las Rodas sur lequel je viens d'acquérir un appartement.
Mais, j'aurais beau amener mon mobilier, je ne serai pas vraiment chez moi que le jour où les murs seront à mon goût, à mes couleurs.

Je pense qu'en terme d'habitation, comme pour les idées politiques, un bon coup de renouvellement de la déco est nécessaire de temps en temps.
Pour mon appartement, les papiers sont décollés et je ne vais pas tarder à commencer la peinture ; pour la politique locale et nationale, attaquons les travaux à la rentrée !

- page 2 de 23 -