Vincent LEONIE... le petit carnet !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 11 décembre 2012

Les années se suivent...

... et se ressemblent dans notre belle cité Limougeaude.

Souvenez-vous, il y a un an (à 24 heures près), j'écrivais un billet intitulé : « Dialogue » et « Concertation » seraient-ils des gros mots ? ( à relire ici).

Et bien, les enseignements du passé ne servent toujours à rien à notre majorité municipale PS.

Alors qu'il aurait été tellement plus simple de se concerter réellement avec les commerçants de Limoges ; alors qu'il aurait été tellement plus intelligent d'écouter, sans a priori dogmatique et de trouver une solution dans un climat serein... il aura fallu attendre une confrontation et une pression énorme de l'ensemble des intéressés pour qu'un semblant de solution voit le jour.

Sauf que ce n'est pas la municipalité qui, au final, a mené cette concertation, mais le Préfet. Sauf que cette médiation, pourtant nécessaire, n'est venue que bien tard. Sauf que la pseudo volte-face municipale d'hier pourrait causer plus de tort que d'apaisement demain.

Le souhait des commerçants était l'ouverture les 16 et 23 décembre 2012 : 2 dimanches en tout et pour tout, quand une municipalité peut en accorder jusqu'à 5 dans l'année. Leur demande n'était pas de remplacer le 16 décembre, autorisé, par le 23 mais bien d'avoir le 16 et le 23 décembre ouvert... Ce en quoi je les soutiens totalement.

Alors qu'il y avait une possibilité de se grandir pour la majorité municipale en accordant finalement un dimanche de plus, le choix de l'échange pour l'ensemble de l’agglomération a été fait en dépit du bon sens... entrainant les communes de Limoges Métropole dans un conflit auquel elles étaient étrangères.
C'est vrai qu'il est tellement plus simple de justifier ses propres erreurs quand d'autres les commettent avec soi...

Nos élus municipaux aiment les citations... Je leur offre celle-ci d'Emile de Girardin : « Gouverner, c'est prévoir. »

Savent-ils qu'une entreprise, un commerce, se doit d'anticiper ?
Ont-ils conscience que des animations, un plan de communication, ne se changent pas à 6 jours d'une échéance au risque de désarçonner la clientèle ?
Savent-ils que des contrats signés pour animer, pour de la publicité devront être tout de même être honoré et ce, pour rien ?
Pensent-ils aux salariés (qu'ils sont si prompts à défendre) dont les plannings doivent leur être communiqués au moins 15 jours à l'avance ?

Voilà où conduit le manque d'anticipation, de concertation, de discussion et de considération.

Personnellement, j'ai tendance à penser que lorsqu'un logiciel est obsolète, on le change : vivement 2014...

lundi 12 novembre 2012

Rama Yade à Limoges le samedi 17 novembre.

Rama Yade Ancien Ministre des Droits de l'Homme puis des Sports, Rama Yade est aujourd'hui Conseillère Régionale d'Ile-de-France.

Vice-présidente du Parti Radical, elle est aussi membre du bureau exécutif de l'UDI, le nouveau rassemblement des partis centristes et de centre-droit présidé par Jean-Louis Borloo.

Elle est fondatrice et préside "Allons enfants", club de réflexion ayant pour but de rénover et de promouvoir la cohésion sociale et l’unité nationale, en s'ouvrant aux nouvelles générations et à la société civile.

C'est à l'invitation de la fédération du Parti Radical de la Haute-Vienne et de son Président, Jean-Marc Gabouty, Conseiller Général et Maire de Couzeix, que Rama Yade animera samedi 17 novembre un déjeuner-débat à partir de 12H30 au Pôle de LANAUD (Boisseuil).

Questions de société, actualité politique, sociale et économique seront au cœur de cette rencontre, qui se veut conviviale et ouverte à toute personne intéressée.

Inscription obligatoire auprès du Parti Radical de la Haute-Vienne 17, avenue Émile Labussière 87000 Limoges (contact : parti-radical87@sfr.fr - 05.87.50.12.10.).

jeudi 25 octobre 2012

Interviews radiophoniques des 22 et 23 octobre 2012.

Le 22 octobre 2012 sur FlashFM, présentation de l'UDI :

Le 23 octobre 2012 sur FlashFM, l'UDI et Monique Boulestin :

lundi 22 octobre 2012

L'UDI dans les médias les 21 et 22 octobre 2012

Hier soir au JT 19-20 de France 3 Limousin :


Ce matin sur France Bleu Limousin :

Jean-Louis Borloo se recentre. Il a créé son parti, hier : l'UDI, l'union des démocrates indépendants, devant 3000 personnes... Et les militants du parti radical, en Haute-Vienne. Ils ont regardé l'assemblée constituante, à la télévision.

Car l'UDI va aussi s'enraciner ici, en profitant de la division qui règne à droite, la démission du secrétaire départemental, la semaine dernière, par exemple...

L'ex UMP Vincent Léonie compte bien recruter parmi ses anciens amis. Il répond à ALexandre Blanc.

L'UDI pourrait bien recruter sur la gauche également avec cet appel du pied à la dissidente PS Monique Boulestin.

vendredi 19 octobre 2012

Assemblée constituante de l'UDI

reveil_politique.jpgJe l'appelais de mes vœux dans mon dernier billet... et voilà que nous y sommes : l'UDI, Union des Démocrates et Indépendants, va prendre forme dimanche 21 octobre à la salle de la Mutualité à Paris.

Cet évènement majeur de la vie politique française sera retransmis en direct sur La Chaine Parlementaire (LCP – Canal 13 TNT).

Afin de partager ce grand moment, je vous invite à venir suivre en direct, mais aussi débattre et échanger à propos de l’Union des Démocrates et Indépendant (UDI) à la permanence du Parti Radical 17 Avenue Emile Labussière à Limoges.

Convaincu ou à convaincre ? Désireux de découvrir ? Avec des cadres et élus du Parti Radical, membres de l'UDI, nous vous y accueillerons dès 10h00 et jusqu’à 14h30.

Café et apéritif en fin de matinée seront bien évidemment de rigueur pour fêter cet évènement.

Nous espérons vous y rencontrer nombreuses et nombreux.

L'UDI, en France comme en Haute-Vienne, sonne le réveil de la politique !

dimanche 2 septembre 2012

C'est pour quand ?

Question de rentrée... question importante d'une nouvelle année politique qui s'engage en ce mois de septembre 2012.

Tout d'abord une mise au point : je ne pose pas cette question à la nouvelle majorité socialiste et affidés... Je sais d'expérience qu'il n'y aura pas grand chose à en attendre et donc, le "quand" n'a aucun sens, tant qu'il n'y aura pas un "quoi" à même de redresser la France et satisfaire nos concitoyens.

L'état de notre pays, de son économie sont au plus mal. Oui, il y a la crise... certainement même. Mais, pour s'en sortir, encore faudrait-il qu'il y ait aux commandes, à défaut de compétences et de solutions valables, au moins une volonté de redressement et de ne plus faire des promesses intenables tellement saupoudrantes qu'elles en sont inutiles.

Mais revenons à mon propos premier : c'est pour quand ?

Oui, c'est pour quand le retour d'une véritable ambition et d'union nationale ? C'est pour quand que les françaises et les français se verront proposer des solutions qui ne seront pas clivées, mais qui prendront le meilleur "à droite" comme "à gauche" ? C'est pour quand, face à la majorité actuelle, que verra le jour une opposition qui serait constructive ?

S'opposer, ce n'est pas que critiquer : c'est aussi proposer, compléter, initier, écouter et rassembler.

Force est de constater que l'UMP ne peut tenir ce rôle, écartelée qu'elle est entre tentation brune et modérations de circonstances.
A mon sens, cette idée de "tout en un" a vécue et ne répondra jamais à toutes les attentes.
Pire, le "à droite toute" n'est pas la solution, comme ne l'est pas la critique systématique, voir de principe. La voie modérée, humaniste, qui devait quant à elle compléter, a toujours eu du mal à y exister, je parle d'expérience.
Les élections internes sont un bel exemple de tiraillement...
L'UMP doit, à mon sens reprendre sa place à droite et laisser le Centre/Centre-droit vivre par lui-même.

L'initiative nationale de Jean-Louis Borloo, Président du Parti Radical, avec le groupe parlementaire UDI (Union des Démocrates et Indépendants) va dans ce sens.
La volonté d'Hervé Morin hier aux Universités d'été du Nouveau Centre de soutenir une fédération des partis centristes est positive.
L'annonce à ces mêmes universités du président de la Gauche Moderne, Jean-Marie Bockel, d'être prêt à dissoudre son parti dans une future fédération centriste conforte cette idée.
Jean-Christophe Lagarde et sa Force européenne démocrates (FED) soutiennent cette idée depuis plusieurs semaines...
Quand au MoDem, ses membres y auraient toute leur place. En effet, bien que n'excluant pas un partenariat naturel avec la droite républicaine, l'indépendance de ce rassemblement en serait le fondement, indépendance qui est la colonne vertébrale de ce parti centriste.

L'année 2013 sera cruciale car préparatrice des futures échéances électorales.

Nationalement, il faut réagir ; localement, nous nous devons d'agir.

Le temps des tergiversations est passé depuis bien longtemps...Alors, c'est pour quand ?

mardi 19 juin 2012

Et après... ?

Deux mois sans billets... Deux mois de silence médiatico-bloguistique.
Mais surtout deux mois de campagne aux côtés de Jean-Marc Gabouty et deux mois d'enrichissement, de rencontres, de réflexions et d'actions sur le terrain.

Aux vues des résultats, vous me direz : deux mois pour quoi finalement ? +/- 42 %, le score n'est-il pas si faible qu'il faille laisser tomber ? Et après... ?

A cela, je vous répondrai : tout reste à faire !

En effet, même si le résultat obtenu n'est pas à la hauteur de l'investissement humain, force est de constater qu'il est le meilleur de notre département.

Car travailler ensemble malgré des différences, et des oppositions parfois, fonctionne. C'est une question de méthode !
Mais il fonctionne à une seule condition : que le capitaine du navire ait la capacité à écouter toutes les sensibilités, la volonté de rassembler au-delà de la famille politique auquel il appartient.

Cependant, avant de devenir capitaine de navire, encore faut-il qu'il y ait un bateau à manœuvrer.

Il est absolument vital de réunir toutes celles et tous ceux qui ne veulent plus, à terme, d'un système politique local autant hégémonique que sclérosant.
Pour cela, il faut faire taire les querelles partisanes, diminuer les égos et oublier des leaderships qui n'en sont plus.
Il faut accepter l'idée que les mêmes méthodes amènent les mêmes résultats.
Il faut arriver à admettre que, localement, ce n'est qu'en respectant ses partenaires, sans imposer, et parfois en étant second plutôt que premier, que la reconstruction pourra s'engager.

Ces constats, je les ai fait depuis longtemps, et d'autres les ont fait avec moi.
Il me reste aujourd'hui à convaincre nos partenaires politiques, mais aussi, au-delà.

C'est ce qu'a réussi Jean-Marc Gabouty sur la 3ème circonscription ; c'est ce qu'il engagera, je pense, en Haute-Vienne ; c'est ce que, dès à présent et d'ici 2014, je compte faire sur Limoges !

vendredi 20 avril 2012

Le 22 avril : Votez !

carte électeurA deux jours du scrutin du 1er tour de cette présidentielle 2012, je rompt le silence que cette campagne bien morne (et bien médiocre) m'avait fait m'imposer à moi-même.

Mon propos n'est pas de vous dire quel sera le meilleur choix pour vous et pour la France. Mon propos est de vous dire que dimanche, il faudra aller voter. C'est un droit, mais c'est aussi et surtout à mon sens un devoir.

Alors, oubliez les petites phrases et les grandes promesses. Oubliez les sondages qui vous désignent par avance les candidats qui seront au second tour et la victoire annoncée de l'un d'entre-eux.

Entre ce soir et dimanche matin, lisez les programmes, discutez et débattez entre amis, analysez et choisissez... mais ne vous laissez pas voler l'élection à laquelle vous avez droit.

Votez, même si vous ne trouvez pas de candidat(e) idéal(e)... de toute façon il (elle) n'existe pas.

Votez, car dans de trop nombreux pays (et pendant trop longtemps dans le notre), les peuples ne peuvent pas disposer d'eux-même et choisir leurs avenirs ;

Votez, parce que si vous ne le faites pas, après, vous ne serez pas légitime à critiquer celle ou celui que les urnes auront désigné ;

Votez, même si, comme moi, vous avez trouvez que cette campagne présidentielle a plus été dans la démesure des promesses que dans le pragmatisme qui devrait être le principe premier d'un(e) politique...

Tout est dans le titre : le 22 avril 2012, votez !!!

jeudi 8 mars 2012

L'heure du choix...

logoPR.gifTrente-six heures. Trente-six heures, c'est ce qu'il reste aux différents candidats du centre et de la droite pour convaincre les radicaux.

Car même si certains cadres et élus de notre parti ont déjà annoncé tel ou tel choix, c'est bien samedi 10 mars 2012, lors de notre 112ème Congrès, que nous, radicaux, donneront (ou pas) notre soutien à un candidat à l'élection présidentielle.

Notre président, Jean-Louis Borloo, n'a eu de cesse ces dernières semaines de discuter avec les différents candidats du centre et de la droite pour défendre les points essentiels sur lesquels ne transigeront pas les radicaux, à savoir :

1) Achever le chantier de la rénovation urbaine, par un deuxième plan de rénovation, la mise en place d'un programme de lutte contre le décrochage scolaire et la lute contre le déterminisme social des quartiers fragiles ;
2) En finir avec l’injustice fiscale locale par une action forte de l'Etat afin d’organiser une péréquation puissante et efficace pour garantir l’équité entre tous les territoires ;
3) Assainir les secteurs bancaires et financiers, afin de restaurer la confiance des citoyens envers le système économique, notamment par l’interdiction des activités spéculatives pour le compte propre des banques, la séparation des activités de dépôt et des activités de spéculation et l’interdiction de toute transaction avec les paradis fiscaux et avec les pays considérés comme non coopératifs ;
4) Ériger l’accès au logement comme cause nationale par la mobilisation des organismes HLM pour doubler dans les zones déficitaires la création de logement et par la mise en place d'une garantie universelle du risque locatif. Cette deuxième mesure permettrait aux jeunes en CDD, en intérim ou en recherche d'emploi d’accéder au logement et de remettre sur le marché 500.000 logements dans les zones les plus tendues ;
5) Amplifier le Grenelle de l’Environnement, gage d’une croissance durable, par le lancement effectif du chantier thermique des bâtiments publics et la mise en place d’un plan d’autonomie énergétique de l’Outre-mer, fondé sur l’exploitation des énergies renouvelables (objectifs 50% d’autonomie d’ici 2020 puis 75% en 2030) ;
6) Le renouvellement du Pacte républicain comme base de la réconciliation nationale avec notamment la création d’un Haut conseil de la laïcité et la prévention du surendettement.

Certains trouvent que le compte y est aujourd'hui et d'autres non.
Ainsi, Laurent Hénart, notre Secrétaire Général, présente une motion de soutien à Nicolas Sarkozy d'ores et déjà validée pour être présentée au Congrès (consultable ici).
Une contre-motion de neutralité au 1er tour est quant à elle présentée par les fédérations de Haute-Garonne et de l'Ariège , sous réserve de validation (consultable ici).

Car, à ces points cruciaux, il conviendrait de rajouter que nous sommes toujours autant attachés aux valeurs de la République, à l’humanisme, à la laïcité, à la solidarité, au respect de l’autre et au refus de toute les discriminations.
C'est d'ailleurs pour cette raison que je préférais garder le silence ces dernières semaines... ne trouvant pas de candidat qui élève un tant soit le débat. Je ne doute pas d'ailleurs qu'avant de voter, mes collègues délégués de ce congrès ne manqueront pas d'évoquer et de se questionner sur les sorties malheureuses, la stigmatisation et la droitisation de certains discours. Car, force est de constater que cette campagne présidentielle n'est pas, aujourd'hui, du niveau que la France mérite.
J'espère que d'ici trente-six heures je verrai des avancées significatives de la part des candidats.

Samedi, avec les autres délégués j'en débattrai, me prononcerai et acterai la décision démocratique qui sortira du vote.
Samedi, c'est libre, indépendant, mais engagés que les radicaux se prononceront.

mardi 31 janvier 2012

Indiscrétions...

Dans l'édition du Populaire du Centre, on pouvait lire dans les "indiscrétions" ceci :
"Dans la troisième, pas de candidat pour le moment.La candidature du maire de Couzeix, Jean-Marc Gabouty (Parti Radical), serait conditionnée à l'engagement formel de ce dernier à soutenir le candidat de l'UMP à la présidentielle, quand certains lui prêtent l'intention de soutenir plutôt François Bayrou."

Premier constat : Jean-Marc Gabouty n'a pas demandé d'investiture à l'UMP
Deuxième constat : Cette prise de position exprimée "en off" auprès d'un journaliste ne peut être que celle d'un irresponsable.
Troisième constat : si ce n'est un irresponsable, alors la démocratie a du souci à se faire...

Car, je n'ose croire qu'un cadre de l'UMP locale puisse exprimer ce genre d'absurdité sinon, que penser de l'esprit bien peu républicain et démocratique de ce type de chantage ?

On aurait là, clairement l'expression de la dérive d’hyper-présidentialisation de notre Vème République, défendu par des méthodes que je ne qualifierais pas.
La présidentielle n'étant plus dès lors une rencontre entre le peuple Français et un candidat, mais bien avec le héros d'un parti politique qui s'appuierait sur une majorité de députés inféodés.

Où serait la séparation entre exécutif et législatif ?
Certes, pour faire avancer le pays, il faut une majorité claire à cet exécutif.
Cependant, une majorité n'a pas à être bâillonnée.
Pour moi, il n'est pas inenvisageable de vouloir participer à une majorité et y apporter une richesse qui lui manquerait d'une part. Et, d'autre part, penser à titre personnel que le candidat (ou futur candidat) ne serait pas (ou plus) le meilleur pour incarner la France durant les 5 prochaines années.
Chacun doit pouvoir garder sa liberté de soutenir qui il souhaite s'il estime qu'il est, à ce moment là, le meilleur pour notre pays.

Arrêtons de mélanger Présidentielle et Législatives : la Démocratie mérite bien mieux que des tripatouillages, arrangements et pressions "biens intentionnées" !

- page 1 de 23